Ryan Foerster. « I’ll check on the plants, and then on the objects, maybe move a few things around so that they get more or less sun »

Les photographies de Ryan Foerster naissent d’un hasard plus ou moins prémédité et toujours heureux. En 2009, un cliché de l’artiste d’une baignade nocturne est abîmé par accident lors d’une exposition. Au lieu de se défaire de cette pièce, Foerster

Ryan Foerster. « I’ll check on the plants, and then on the objects, maybe move a few things around so that they get more or less sun »

Les photographies de Ryan Foerster naissent d’un hasard plus ou moins prémédité et toujours heureux. En 2009, un cliché de l’artiste d’une baignade nocturne est abîmé par accident lors d’une exposition. Au lieu de se défaire de cette pièce, Foerster

Les « Fold Paintings » de Tauba Auerbach ou la dimension 2,3

L’art plus que tout autre discipline peut-être, tient aussi bien de l’aperception que de la perception. La série des Fold Paintings que développe depuis quelques années Tauba Auerbach, est au premier coup d’œil une série de toiles fortement plissées iridescentes. Les couleurs s’entremêlent

Les « Fold Paintings » de Tauba Auerbach ou la dimension 2,3

L’art plus que tout autre discipline peut-être, tient aussi bien de l’aperception que de la perception. La série des Fold Paintings que développe depuis quelques années Tauba Auerbach, est au premier coup d’œil une série de toiles fortement plissées iridescentes. Les couleurs s’entremêlent

De la productivité de l’artiste. Les œuvres subversives de Martin Le Chevallier

L’artiste qu’il le veuille ou non, produit une valeur marchande, et de ce fait, sa productivité et son activité peuvent être mesurées. Ou pas ? Lors de cette rentrée 2012, le collectif de jeunes commissaires Cartel de Kunst, interrogeait le temps

De la productivité de l’artiste. Les œuvres subversives de Martin Le Chevallier

L’artiste qu’il le veuille ou non, produit une valeur marchande, et de ce fait, sa productivité et son activité peuvent être mesurées. Ou pas ? Lors de cette rentrée 2012, le collectif de jeunes commissaires Cartel de Kunst, interrogeait le temps

Confort Doméstico. Les hommages à la paresse de Sylvain Rousseau

L’homme moderne travaille un certain nombre d’heures pour gagner sa vie et gagne sa vie pour atteindre un certain confort : un logement, une voiture, de beaux meubles et d’autres objets, et surtout des vacances, de préférence au soleil[1]. C’est

Confort Doméstico. Les hommages à la paresse de Sylvain Rousseau

L’homme moderne travaille un certain nombre d’heures pour gagner sa vie et gagne sa vie pour atteindre un certain confort : un logement, une voiture, de beaux meubles et d’autres objets, et surtout des vacances, de préférence au soleil[1]. C’est

Les espaces afonctionnels de Clara Stengel

 » J’ai plusieurs fois essayé de penser à un appartement dans lequel il y aurait une pièce inutile, absolument et délibérément inutile. Ça n’aurait pas été un débarras, ça n’aurait pas été une chambre supplémentaire, ni un couloir, ni un

Les espaces afonctionnels de Clara Stengel

 » J’ai plusieurs fois essayé de penser à un appartement dans lequel il y aurait une pièce inutile, absolument et délibérément inutile. Ça n’aurait pas été un débarras, ça n’aurait pas été une chambre supplémentaire, ni un couloir, ni un

Qui a tué Marilyn Monroe?

Qui est ce génie déluré, cet artiste sadique, ce fou, qui a osé peindre Marilyn, la belle, la jeune, la séduisante, à la morgue ? Yan Pei-Ming était présent aujourd’hui au nouveau festival, en compagnie de François Quintin pour discuter

Qui a tué Marilyn Monroe?

Qui est ce génie déluré, cet artiste sadique, ce fou, qui a osé peindre Marilyn, la belle, la jeune, la séduisante, à la morgue ? Yan Pei-Ming était présent aujourd’hui au nouveau festival, en compagnie de François Quintin pour discuter

 » Llámame Mariachi « , La Ribot

Parce que des fois il ne s’agit pas de comprendre mais tout simplement de sentir, comme le laisse entendre le spectacle « Llamame mariachi » de La Ribot. Ce soir se présente pour la dernière fois dans la Grande Salle, la chorégraphe

 » Llámame Mariachi « , La Ribot

Parce que des fois il ne s’agit pas de comprendre mais tout simplement de sentir, comme le laisse entendre le spectacle « Llamame mariachi » de La Ribot. Ce soir se présente pour la dernière fois dans la Grande Salle, la chorégraphe