La réalité viscérale

05.05.18 – 08.07.2018, Les Bains Douches, Alençon

Melissa Boucher, Corentin Canesson, Camila Oliveira Fairclough, Mirak Jamal, Sarah Pucci

La réalité viscérale

Une réalité visqueuse, brillante et qui palpite. Un rouge carmin ou un rose à la Phillip Guston, sale, pourtant luisant, et obéissant aux humeurs corporelles chaudes et humides.

Certaines pièces sortent des tripes, d’autres s’esquissent sous un crâne chaud. Des pétales vermillons dansent entre le bout de la langue et l’épiglotte et prennent racine dans nos souvenirs, nos rêves et notre vécu ; ils habitent aussi nos entrailles, là où dorment notre courage, nos peurs et nos pulsions.

La réalité des choses est peut-être moins dichotomique qu’on pourrait le croire. Les premiers émois littéraires, les voyages initiatiques et les conquêtes érotiques sont toujours allés de pair. Les bouquins qu’on aime, on les partage entre amis, entre amants.

Au cœur de Mexico, le cœur en ébullition sous le soleil de Sonora, fuyant un Priape aztèque ou à la recherche d’une disparition, traversant les océans, les villes, et en enjambant les décennies, la main qui écrit est la main qui caresse.

Les poèmes fleurissent aussi des reins ou du ventre.

The visceral reality

A slimy, glistening, palpitating reality. A carmine red or a Philip Guston pink, muddy, yet shiny, and recalling our warm, moist bodily fluids.

Some works come from the gut, others are drawn by a burning mind. Vermilion petals dance between the tip of the tongue and the epiglottis, and take root in our memories, our dreams and our life experiences. They also inhabit our innards, where our courage, our fears, and our primal urges rest.

The reality of things is perhaps more complex than we think. Our first literary turmoils, our coming-of-age journeys, and our erotic conquests have always gone hand in hand. We share the books we love, with our friends, with our lovers.

In the heart of Mexico, the heart bursting under Sonora’s sun, running away from an Aztec Priapus, or searching for some vanished poet, crossing over oceans, cities, and decades, the hand that writes is also the hand that caresses.

Poems can blossom from the kidneys or the stomach.